Petit Grain de Peau – par Astrid


Artiste douce et disponible, Astrid nous accueille dans son petit atelier en bord de Garonne. Il y fait bon vivre. Chutes de cuir et machines illustrent toute sa créativité. Ses produits sont beaux, professionnels, travaillés dans le détail et dans le choix des peaux. Cartables, sacs de voyage, ceintures, portefeuilles, ceintures à outils jusqu’à des protections de gourdes en verre, Astrid explore la matière avec raffinement et qualité.

Astrid, racontes nous ton parcours !

Oulala ! Par où commencer ? Je n’ai pas eu ce qu’on appelle un parcours très linéaire. J’ai d’abord réalisé mes études dans l’art à travers un lycée d’Arts Plastiques et une licence d’Histoire de l’art. Mais le projet classique d’enseignement m’était trop enfermant. Je suis donc partie en volontariat international en Inde pendant 8 mois par l’intermédiaire d’une ONG. Retour de voyage, je me suis relancée dans de nouvelles études avec la réalisation d’un DUT Carrières Sociales et Socioculturelles (coordination et gestion de projets sociaux et de développement local).
 Cela m’a amené à travailler ici et ailleurs, de la Gironde jusqu’au Pérou et au Cambodge. A travers mes expériences dans la réinsertion sociale, le travail manuel et créatif revenait régulièrement comme outil d’accompagnement et de médiation.
En parallèle, je continuais toujours ma pratique en arts plastiques.
Puis, le social a commencé à perdre du sens à mes yeux. Le travail se transformant trop en reportings et justificatifs financiers, au détriment du vrai accompagnement humain.
L’artisanat s’est imposé à moi. Et le cuir a toujours été une matière qui m’attirait. Au travers de rencontres, je suis allée peaufiner mon projet auprès d’artisans maroquiniers en Gironde, en Andalousie et au Maroc.
Second retour de voyage vers une nouvelle orientation ! CAP Maroquinerie à Eysines en poche, j’ai poursuivi avec goût et passion mes expériences et découvertes auprès de maroquiniers et de tanneries. Expériences des matières, fabrication de mes premiers articles en cuir, j’ai organisé mon projet et j’ai créé en Septembre 2017 Petit Grain de Peau.

Comment s’organise tes créations ?

Je fabrique des pièces uniques ou en très petite série. Du coup, je passe beaucoup de temps à la recherche, à la réflexion, à l’expérimentation avec les matières, l’assemblage des couleurs, les montages… (travail de conception par le prototypage, le patronage…)
Jusqu’ici, j’ai fait le choix de ne pas faire de travail en série. C’est plus stimulant pour moi et ça fait plus sens. La recherche quasi permanente par la matière, comme outil de dépassement de soi…

Je réalise aussi beaucoup de sur-mesure, à la commande, où la personne choisit ce qu’elle souhaite, depuis le dessin de son article jusqu’aux finitions, en passant par le choix du cuir (couleur, texture…) et le type de rangements dont elle a besoin. Je l’accompagne pour guider ses choix et la conseiller.
Parfois aussi, la personne me donne des indications générales et me laisse la liberté de créer la pièce que je veux.

Quels sont tes points de vente ?

On peut me retrouver lors d’expositions, de salons d’artisans d’art ou sur des marchés bio et artisanaux en Gironde et bientôt dans différentes régions de France.
Ce sont des évènements ponctuels ou plus réguliers, comme le Marché bio de Targon, où je suis 3 fois par an.
J’informe sur tout ça via ma page Facebook mais un site internet est aussi en cours de développement sur lequel je mettrais mes projets et toutes les rencontres annuelles, entre autres !

Ta phrase fétiche ?

« Faire peu mais bien ». J’essaye de l’appliquer autant que possible dans mon métier mais aussi dans ma vie personnelle, pour essayer d’arrêter de courir dans tous les sens dans ce monde où tout va très vite et pour me recentrer sur l’essentiel.

Toujours donner le meilleur de soi et accepter que tout soit un apprentissage (même si on n’y arrive pas tous les jours ! rires.)

à Langoiran