Optique Langoiran – par Pierre


Je lui rapporte son magasine de science fiction emprunté la semaine précédente lors de l’achat de lunettes baby. Enfants jouant avec les parents dans un coin, une femme souriant à son nouveau look, Pierre est affairé à réajuster une paire. Laura, collaboratrice depuis 3 ans accueille et sert les patients avec douceur et bienveillance.

Pierre, racontes-nous ton parcours d’opticien !

Mon rêve d’enfant, c’était de travailler dans le cinéma… (sourire en coin) Bon, ensuite on grandit et on a un peu plus les pieds sur terre ! J’ai découvert le métier d’opticien avec mon oncle et y ai appris toute la transversalité de ce métier, le contact humain, l’aspect technique. J’ai travaillé pendant plusieurs années dans de grandes enseignes en centre ville. Rapidement, j’ai voulu exercer mon activité comme je le sentais, plus humaine. Dés que l’opportunité s’est présentée, j’ai revendu tout mon matériel de kitesurf (oui…)  et j’ai repris le magasin en 2012. J’ai refait des travaux et relancer l’activité.
Plus on s’excentre du centre ville, plus les échanges sont riches. J’ai voulu une démarche plus profonde, prendre le temps de discuter avec chaque patient sans avoir une pression commerciale d’un grand groupe.

Ce métier est très commercial et politique alors que c’est un métier de santé initialement. On doit s’adapter à un monde économique concurrentiel.

Tes convictions en tant qu’opticien ?

Rigueur, accueil, satisfaction, service ! L’envie de bien accueillir, de partager. Une lunette c’est un bel objet, ça accroche le regard. On ne vend pas juste des verres, on propose tout un service autour. Je propose une large gamme de lunettes, pour tout le monde, des montures à petits budgets et des produits plus hauts de gamme.

Du coup Pierre, quel est ton positionnement et tes services « plus » ?

Toutes les montures proviennent d’un verrier français, certifié et reconnu. C’est important de proposer des lunettes de qualité.
Je propose également des examens et contrôles de la vue, l’adaptation en contactologie et le tiers payant mutuelle.
Aussi, pour désengorger les cabinets d’ophtalmologues, nous avons maintenant la possibilité de renouveler les prescriptions en refaisant un examen de la vue et modifier la correction si besoin.

– Tu as dit « examen de la vue » ? ça tombe bien, tu me ferais un petit check ?
– Avec plaisir ! Je vais t’expliquer en même temps !
(12 minutes plus tard et une démonstration de cette machine de l’espace à molettes, le verdict tombe.)
– Ok, Roxane, va vraiment chez l’ophtalmo’, tu es presbyte ! »
– Cool ! Et bien du coup, je te revois vite avec ma prochaine ordonnance 😉

Liens supplémentaires : Instagram 😉

25 Route de Créon à Langoiran